Suis-je une mauvaise mère ?


PetitAmour et moi

 

Il y a des jours où on enverrait bien tout valser, où on irait bien se terrer dans un trou de souris, là où personne ne nous trouverait, là où on pourrait pleurer tout son soûl, et puis, dormir, et puis ne plus penser, et puisne plus devoir, ne plus prévoir, là il n’y a pas de « il faut », là où on a le droit d’être fatiguée, le droit de ne pas être parfaite, le droit dire « stop », le droit juste de reprendre son souffle.

Il y a des jours où je me sens mauvaise mère, des jours où PetitAmour me tape sérieusement sur les nerfs. Oui lui, la chair de ma chair, le sang de mon sang, un enfant si merveilleux qu’il me fait rire, me fait rêver, me donne encore espoir en l’homme, en l’avenir.

Il y a des jours, où ne ne sait même plus quel jour on est, si on a mangé, depuis combien de temps on est allé faire pipi, où si on s’est lavé ce matin ou hier.

Il y a des jours, où à force d’enchaîner dès le réveil, (si tant est qu’on a un peu dormi) biberons lait, changements de couches, vaisselles, cuisine, vaisselles, aspirateur-serpillère-ramasse-miettes, préparation de goûter et à nouveau le même refrain, j’ai l’impression de devenir folle, que c’est pas une vie, que j’ai envie de m’arrêter, de ne pas faire ses repas, de ne plus nettoyer, juste pour aujourd’hui.

Sui-je une mauvaise mère ? C’est comme ça que je me sens, parce qu’après tout, je suis heureuse, oui, heureuse de m’occuper de mon fils. Toutes les mamans n’ont pas cette chance. Mais je m’en veux, parce qu’après tout, j’ai deux jours pour moi, deux jours où PetitAmour est à la crèche avec ses copains. Mais vraiment, parfois, comme dans tous les boulots, on a envie d’un break, juste une bonne nuit de sommeil, un repas en amoureux, sans enfant, sans vaisselle…juste du temps pour soi, sans crier, sans s’énerver, sans s’en vouloir…Suis-je une mauvaise mère ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *