Mon bébé blog


blog-lepetdeprincesse

Un matin vous vous réveillez et vous vous demandez quelle mouche vous a piquée pour créer un blog. Oui, parce que tenir un blog, ça demande du temps, de l’organisation, des textes et des photos de qualité, une présence sur différents réseaux sociaux, de partager des idées qui ne sont pas toujours celles des autres, d’accepter de se montrer, de se dévoiler et aussi un lectorat.

Lorsque j’ai créé ce blog, je ne savais pas du tout où je mettais les pieds. J’avais envie d’écrire, de partager. D’abord, réservée comme je suis, souvent en proie au doute, je n’ai fait que poster ici et là quelques articles. Évidemment, jamais lus par quiconque au milieu de la masse d’informations que contient le net. Au bout d’un certain temps, j’ai commencé à vouloir vraiment en faire « quelque chose ». J’ai changé la configuration, le design, le nom aussi et je me suis inscrite sur les réseaux sociaux. J’ai lu quelques articles pour savoir comment faire connaître son blog. Au moins que quelques personnes lisent ce que j’écris et avec qui échanger éventuellement sur certains sujets. Quelle erreur ! Tout ce que je lisais, ça n’était pas moi et c’était ce que je ne voulais pas. Alors comment survivre dans la blogosphère en refusant de se soustraire aux règles du jeu ?

Parfois, je me dis que je n’y arriverai jamais, que mes textes ne sont pas assez intéressants ou que mon style ne plait pas, que mes photos ne sont vraiment pas terribles, que…mille et un prétexte qui me bloquent, m’empêchent de faire ce pourquoi j’ai voulu tenir un blog. Il y a ça mais aussi le fait que par moment les sujets ne viennent pas tout seul, et ça, ça me met en état de stress. Parce que je sais que plus j’écris régulièrement plus vous me lirez et aurez envie de revenir. Mais en même temps, je préfère privilégier la qualité et des textes qui me ressemblent, qui me correspondent plutôt que d’écrire des pages vides de sens, d’intérêt. Seulement parfois, l’inspiration ne vient pas, les mots ne sortent pas et j’écris plus ou moins les choses comme je les ressens. Je n’en suis pas satisfaite et publie malgré tout, car autant vous le dire, sinon ça prendrait des mois ! Je ne sais pas comment font les autres blogueuses, elles font un travail formidable pour certaines. Je dois travailler encore pour tendre à mieux et ne pas perdre de vue ce que je veux réellement.

Alors oui, souvent ça me prend de me dire que ça ne sert à rien. J’ai envie de tout arrêter parce que je ne m’en sens plus capable. Et puis je pense à vous, qui me lisez, même sans vous manifester, je pense aussi au bien que ça me fait d’écrire, de mettre des mots sur mes petites expériences, de laisser une trace quelque part.

Depuis que je tiens ce blog, j’ai du sortir de ma zone de confort, j’ai fait des rencontres, des personnes différentes, intéressantes, impressionnantes…et je me rends compte aussi que je vais surtout à la rencontre de moi-même. C’est un vrai défi que d’écrire ici, de rester à la fois moi tout en vous apportant un je-ne-sais-quoi, de pousser plus loin pour arriver à un résultat qui me convienne, pour vous et pour moi.

J’ai du mal à me dire « blogueuse », je ne me sens pas blogueuse. D’ailleurs si quelqu’un pouvait me dire comment ça fait. Je dis que je tiens un blog, parfois. Mais je ne le crie pas sur les toits. A tort ou à raison ? Je me sens si petite dans la blogosphère, comme un enfant qui apprend à marcher. Les pas sont encore hésitants, peut-être qu’un jour je tiendrai suffisamment en équilibre, avec vous à mes côtés, je pense pouvoir y arriver. Merci à vous qui me suivez, qui me lisez.

Vos réactions (2)

    Cael a écrit le 09 janvier 2016

    Pile ce que j’avais besoin de lire.
    🙂
    C’est vraiment chouette une personne qui ne fait pas de marketing à tout va et qui ose simplement écrire comme elle ressent.

      pdeprincesse a écrit le 10 janvier 2016

      Oh merci beaucoup Cael! Ca me fait plaisir de lire tes mots! A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *