L’herbe est-elle vraiment plus verte ailleurs ?


PetitAmour

 

D’aussi loin que je me souvienne (malgré ma mémoire de poisson rouge), ma mère nous a toujours comparés aux autres enfants. Eux, ils font toujours tout bien, nous on était juste pas parfaits et ça, c’était incompréhensible malgré tous ses efforts pour que nous le devenions.Je tiens à préciser, que néanmoins, elle n’a jamais eu à venir nous chercher au poste de police, que nous n’avons jamais fini ivre mort, que…bref, rien qui pour moi pouvait signifier que nous étions vraiment intenables.

Grandissant gaiement parmi la société, je n’ai donc jusqu’à aujourd’hui jamais réellement réussi à me défaire de ça. Après tout, de ma petite expérience, nous ne sommes pas un cas isolé, bon nombre de parents compare leurs enfants, les filles entre elles se comparent, les garçons de même… Mais, c’est cette tendance à croire que chez les autres c’est mieux, à minimiser ses efforts, à avoir le sentiment que sa vie est plus nulle qu’une autre qui me travaille. Pourquoi celle avec la grosse voiture serait plus heureuse que moi ? (c’est sûr que ça doit être plus confortable que ma boîte à sardines) Pourquoi celui qui à 20 ans a monté sa boîte serait plus heureux que moi ? (Mais genre!) Pourquoi ceux qui ont argent, travail, maison, famille seraient plus heureux que moi ? (Hein?) Pourquoi ceux qui voyagent à travers le monde entier on ne sait avec quel argent seraient plus heureux que moi ? (bah oui, eux, ce sont les parents qui paient tout) MAIS POURQUOI ? Parce que…c’est l’idéal dans la société dans laquelle nous vivons ? Ce sont ces choses-là qui sont censées nous conduire au… bonheur ?

Longtemps j’ai ressenti une pointe d’envie, bon allez, disons le franchement de jalousie. Et je me suis rendue compte que ça n’était pas parce que c’était ce que je voulais, ce dont je rêvais moi profondément, mais parce que c’était l’image qu’on m’avait vendue. C’était la vie.

Sauf que du haut de mes 28 printemps (ce que t’es jeuuuunne!), je me dis que non, STOP ! En lisant les statuts Facebook des uns et des autres, en regardant l’autre qui s’est marié, l’autre qui a un travail de fou ou l’autre encore qui élève ses 5 enfants, je n’ai rien à envier. Tant mieux si ces personnes-là sont bien dans leur vie, si cette histoire leur convient. Mais moi ? Mon histoire, qu’elle est-elle ? Est-ce de ça dont je rêve ? Pas forcément…oui parfois certains font ce que j’aimerai. Mais je n’y suis pas encore…peut-être un jour, et ce que je vis aujourd’hui me comble. Malgré les p de m…hum… obstacles… tout n’est pas toujours rose, mais ça fait partie du jeu. Et même si parfois je rêve que tout soit rose (oui, utopiste, idéaliste…)je sais que ça n’est pas possible, et tout ce qui s’est passé ces dernières années m’a permis d’être ce que je suis aujourd’hui (la perfection incarnée!) Et n’en déplaise à ma mère et aux autres, vraiment navrée, mais finalement, je me trouve pas trop mal. J’essaie d’être mieux encore et vais continuer à essayer, car oui, je tends à m’améliorer, oui, je veux réaliser mes rêves, et tant mieux si ce n’est pas celui de tout le monde, tant mieux si je n’emprunte pas le même itinéraire (il est bouché de toute façon!). Je prendrais des sentiers, des faux raccourcis (je veux faire des études courtes moi !…), mais vaille que vaille, je tenterai d’atteindre mes objectifs.

Aujourd’hui, avec PetitAmour dans ma vie, beaucoup de choses est en train de choses, mes réflexions continuent à s’étoffer. Non, je ne veux pas que mon fils croient ces choses-là. Je veux qu’il croit en ses propres rêves. A lui de s’imaginer, de se créer, de réaliser SA vie, SON bonheur. Non, le bonheur, l’heurosité, n’est pas un cliché, n’est pas le même pour tous, n’est pas une mode qui change et qu’il faut suivre (sous peine de passer pour le dernier des abrutis). Bien sûr, il n’y échappera pas, mais j’ose espérer que GrandAmour et moi-même pourront lui donner les bonnes armes pour croire en lui, en ses capacités et cultiver sa différence (sans tomber dans la marginalité?)

Qu’il voit que chez lui l’herbe est belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *