La fin d’un CDI, le début d’un autre


Orage

 

Et voilà, ce jeudi est à marquer d’une pierre blanche. Aujourd’hui, c’était mon dernier jour à l’agence. Au fur et à mesure que l’heure avançait, mon cœur se serrait.Voilà, 16h45, je leur ai envoyé à tous mon petit message d’adieu. Enfin, adieu pas à tous, mais à la plupart.

Pas de nouvelles notre directrice d’agence, pas un mot, un message, un simple au revoir. Rien, nada, que dalle ! Tant pis pour ta pomme, casse-toi, on s’en fou ! Tu nous gênais, on a réussi à te dégager, plus rien à faire.

Je devrais être soulagée. C’est enfin fini. Maintenant je vais pouvoir me consacrer à mon fils, ma famille, mes projets tombés en désuétude. Et pourtant, mon cœur est toujours serré. Je ne suis pas encore guérie. J’ai mal de ne toujours pas comprendre pourquoi ça s’est fini comme ça, pourquoi encore une fois, des personnes auxquelles je m’étais attachée m’ont fait souffrir sans aucune explication… Je suis prête à tout entendre même si ça fera mal, mais ne pas savoir est encore plus douloureux.

Ils n’ont pas tardé à retirer mon mot de passe de boîte mail, comme ça plus de trace. Fini, adios…Je suis si peu de chose, tellement insignifiante qu’on s’en débarrasse comme ça ? Je n’ai plus de larmes, mais la gorge est encore serrée.

Demain, ça ira un peu mieux. Après-demain, encore un peu mieux. Et chaque jour, grâce à PetitAmour et GrandAmour, j’irai de mieux en mieux. Une page se tourne, une autre reste à écrire. Ici se termine un épisode et débute un autre. Trouverai-je un jour cette voie ? Ce boulot qui me permettrait de m’épanouir tout en restant présente pour ceux que j’aime ?

Ces périodes ont beau être difficiles, je me dis que sans elles, je ne serai pas ce que je suis. N’en déplaise à d’autre, pour ma première mission en CDI (congé à durée indéterminée) je vais commencer par m’aimer, pour moins souffrir du désamour des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *