De La Réunion à Bordeaux


bordeaux-lepetdeprincesse

Je ne saurai dire quand ça a commencé, mais petite déjà, je rêvais d’ailleurs, des grands espaces, de l’aventure, de voyages. A 22 ans, j’ai fait mes bagages, mon chéri à mes côtés, ma famille et mes amies à 11000km, mes projets un peu f(l)ous, mais l’envie de vivre, le sentiment de prendre enfin en main ma vie, de pouvoir tout accomplir.

Comme beaucoup, ça n’a pas été tout rose, il y a eu pas mal de gris, du noir parfois, des turbulences, mais des rayons de soleil aussi. Lorsqu’il a été au zénith, les questions sur notre avenir se sont faites plus précises, plus persistantes, et surtout celle-là : on reste vivre ici ou on retourne là-bas, là où sont nos racines et tout ceux qu’on a laissés en partant. Là-bas où nous avons été enfants et nous nous sommes connus ou est-ce qu’on reste ici ? Cet ici qu’on s’est construit, cet ici qui l’a vu naître et où il a grandi, évolué depuis ? Entre les deux, nos cœurs balancent.
Nous sommes attachés à cette île et tout ce qui s’y trouve et nous sommes attachés à cette ville de cœur qui nous a accueillis quand on a choisi notre direction.

La route est longue et caillouteuse, parce que même si cela fait déjà 9 ans, j’ai le sentiment de n’avoir pas encore accompli le tiers de ce que je voulais. Parfois, dans le quotidien, on oublie notre objectif, on se laisse distraire et on ne sait plus. Alors on a envie de repartir à la source pour se remémorer ce qu’on est venus chercher et ce qu’on n’a pas encore trouvé. Ou peut-être qu’il est temps de définir un nouveau but, une nouvelle destination ? Parce que ce que l’on cherche ne se trouve ni ici ni là-bas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *