Bilan de deux années en congé parental


mamanetfils-lepetdeprincesse

Dans quelques jours, cela fera tout juste deux ans que j’ai dit aurevoir à ma vie d’avant bébé.

Deux ans que j’ai appréhendés, que j’ai vus comme une éternité mais, malgré mon désarroi de l’époque, comme une opportunité de créer des liens profonds avec mon fils, d’apprendre à le connaître, de le guider et l’accompagner, d’apprendre autant sur lui, sur les enfants, sur moi.

Alors oui, pendant ces 24 mois tout n’a pas été rose, j’ai beaucoup crié, pleuré, lu, pensé, réfléchi, j’ai créé ce blog d’abord pour moi puis pour partager, échanger, faire des rencontres, j’ai voyagé, j’ai vu mon bébé devenir un petit garçon, j’ai décidé de changer de voie et d’aller vers ce qui semble me convenir le mieux. J’ai rencontré des personnes inspirantes et d’autres ce sont éloignées.

2 ans c’est à la fois long et court. Long parce qu’on est concentré sur son enfant, sur son cocon. On a le sentiment d’être coupé du monde, de ne plus savoir de quoi « le monde » parle. On a peur, on a envie de protéger sa progéniture, de conserver cette petite dépendance passagère, parce que la fatigue nous guette à vouloir être sur tous les fronts et tout faire parfaitement (mission impossible hein), parce qu’on est maman mais surtout un être humain avec ses émotions, parce qu’on se sent jugé, parce qu’on n’est pas infaillibles, parce qu’on a besoin de temps pour soi. C’est court, parce qu’un enfant évolue, parce que même si parfois les journées semblent longues, il n’y a pas de bonheur comparable à celui de voir son enfant grandir, apprendre, changer, s’affirmer, nous échapper un peu, oublier ce qu’il a fait il y a deux jours, un mois, six…se sentir impuissant face au temps qui passe et en même temps être tellement reconnaissante de le voir devenir ce qu’il est.

En septembre, il y aura un nouvel emploi du temps pour lui et pour moi, de nouvelles habitudes à adopter, de nouvelles contraintes mais, encore plein de beaux souvenirs à créer, de moments à partager. On se verra moins et ça me brise le cœur. J’ai le sentiment de l’abandonner alors que je sais qu’il va assouvir sa soif d’apprendre, qu’il va se faire des copains et me montrer encore combien il aime vivre. De mon côté, je bâtirai mon avenir fébrilement avec un nouveau plan, de nouvelles pierres pour moi, pour lui, pour nous. Je suis paralysée rien qu’à cette idée. Tout ce dont j’ai l’habitude va voler en éclat. Pour le mieux en passant par le pire ?

motherandchild-lepetdeprincesse

A 30 ans, il n’est pas facile de se dire qu’on change tout, qu’on recommence, qu’on s’est trompé. Alors je me dis que je n’ai qu’une vie, qu’il m’a fallu en arriver-là pour prendre cette décision, pour donner forme, corps à quelque chose qui me ressemble, que je continue ma route tout simplement avec d’autres cartes en main. Peut-être aurait-il été préférable que ça soit fait avant mon fils, c’est ce que je me suis dit plusieurs fois mais, c’est grâce à lui que je me dirige avec conviction dans cette direction qui à la fois m’excite et m’effraie. Il a été le déclencheur, l’inspiration et aussi ma force. Et plus je discute avec des personnes dans le même état d’esprit que moi plus cela me donne foi.

Je ne regrette rien de ces deux années passées en tant que « maman/femme au foyer », à prendre soin de mon fils, jouer, cuisiner, sortir…Nous avons tous fait du chemin et sommes prêts à affronter ensemble ce qui nous attend mais aussi à savourer tout le bon qui en découlera.

Vos réactions (2)

    Olympiabydiane a écrit le 24 juillet 2015

    Coucou ! C’est la première fois que je viens sur ton blog ! Joli article, bien écrit, et agréable à lire ! On dit que plus on vieillit, plus le temps passe vite… Je n’ai pas encore d’enfants mais j’imagine que la vie se transforme ! Bon courage pour la suite !

      pdeprincesse a écrit le 25 juillet 2015

      Coucou! 🙂 merci pour ton petit message. Contente que cela t’ait plu. Au plaisir. Priscilla

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *